Celestyal Cruises: J’ai testé pour vous la croisière La Havane/La Havane

PARTAGEZ:


Celestyal Cruises propose aux amateurs de Mojito et de salsa une superbe croisière sous la douce torpeur des Alyzées. Initié il y a 5 ans, ce produit mis en place sur le “Celestyal Crystal” ravira les amateurs de bateaux de taille moyenne, davantage intéressés par la destination que par les divertissements, les loisirs nautiques et le shopping à bord.

D’une longueur de 162 m et pouvant transporter jusqu’à 1 200 passagers pour 406 membres d’équipage, le "Celestyal Crystal" reste dans les unités de taille moyenne voire petites, si l’on prend en compte l’offre inflationniste sur le marché.

 

Entièrement refait, ce navire allie la patine vintage aux exigences d’une clientèle qui veut de plus en plus être en prise directe avec les éléments.

Avec en sus quelques avantages supplémentaires (non négligeables… nous y reviendrons) sur les mastodontes modernes.

Ainsi, l'année dernière le bateau s’est vu adjoindre 53 suites avec balcon sur le total des 313 cabines extérieures (voir la vidéo).

Bien entendu, le Crystal qui dispose de 9 ponts passagers, n’est pas un paquebot affichant le dernier cri de la techno ou des attractions spectaculaires susceptibles d’attirer les croisiéristes friands de nouveautés.

Gastronomie au top, personnel aux petits soins...

En revanche, il possède une gastronomie au top avec un personnel francophone (mauricien pour la plupart) serviable et aux petits soins. 

Sa taille permet une personnalisation rapide des effectifs avec les passagers. 

Ses spectacles ont été primés pour leur créativité et sont parmi les plus inventifs qu’il m’ait été donné de voir sur un navire de croisière. Comme quoi la bonne taille c’est quand le talent est grand… 

Question animations, le Crystal n’en manque pas : démonstrations culinaires, jeux, concours, quizz, leçons de salsa… Indispensable car le parcours compte tout de même 2 journées de navigation. 

L’embarquement est bien huilé et les bagages rapidement acheminés. 

Plusieurs bars sont disponibles (je vous recommande Le Thalassa, à la poupe 6e pont arrière), ainsi qu’une bibliothèque avec une sélection de livres en français. 

A noter qu’un journal dans la langue de Molière (et ce quel que soit le nombre des frenchies à bord) est édité quotidiennement. Excursions, précisions techniques, dress code… tout y est détaillé au jour le jour. 

Hors la soirée du commandant et quelques recommandations de bienséance, les contraintes vestimentaires sont plutôt light à bord du Crystal. 

Autre précision sympa : si vous disposez d’une cabine avec balcon il est permis d’y fumer, ce qui devient de plus en plus compliqué voir impossible sur les très grands navires. 

Toujours au nombre des “plus”, soulignons la qualité et la rapidité de la connexion internet satellitaire, bon marché, ainsi que la couverture téléphonique sur la quasi-totalité du parcours.

Les enfants en dessous de 3 mois pas admis

Quelques boutiques sympa mais sans plus, offrent en dehors des escales l’essentiel : parfums, paquets de cigarettes, souvenirs, bijoux. 

Sur les ponts extérieurs, des bains de soleil près de la (petite) piscine et sur le pont supérieur, permettent de profiter des rayons généreux de l’astre solaire… à consommer avec modération et les précautions d’usage. 

Pour retrouver la fraîcheur, la climatisation est réglable individuellement dans chaque cabine. 

Il n’y a pas de baby-sitter à bord et par conséquent les enfants en dessous de 3 mois n’y sont pas admis. 

Pour les autres petits veinards, il y a des chaises et des lits bébé sur demande, au moment de la réservation. 

Selon le handicap, les personnes à mobilité réduite et nécessitant, le cas échéant, un matériel médical adéquat, peuvent être accueillies à bord. Certaines cabines permettant aussi l’accès de fauteuil roulants. 

Rappelons qu’une carte de tourisme (rapidement délivrée) est nécessaire (28 euros TTC) pour les pax français, ainsi qu’un passeport valable 6 mois après la date du retour. 

Les excursions particulièrement recommandées sont Montego Bay (Jamaïque) qui permet de voir de près et de grimper (convenablement chaussé) en haut des chutes de Ocho Rios. 

Trinidad et Santiago de Cuba sont aussi particulièrement intéressantes, même si plusieurs heures de route (A/R) réduisent parfois les visites à la portion congrue.

Une journée entière pour découvrir La Havane

Evitez cependant d’organiser vous-même vos excursions car en cas d’incident, le bateau ne vous attendra pas. 

En revanche, de retour le lundi à la Havane, vous disposerez d'une journée entière pour faire le tour de la ville, en décapotable américaine aux couleurs flashy, de la Plaza de la Revolution au Malecon. 

Le tout pour pour quelques dizaines d’euros pour 4 voire 5 places. 

Si vous décidez d’y manger (la langouste en particulier), optez pour une adresse sympa comme celle du restaurant de l’hôtel de Ambos Mundos (le préféré d’Ernest Hemingway), dont la terrasse au 8e étage offre une vue imprenable sur la vieille Havane. 

Bon à savoir : autrefois roi, le dollar a été détrôné par l’euro, monnaie plus forte plus volontiers acceptée par les commerçants cubains. Certains lui appliquent d’office une décote pouvant aller de 10 à 30% ! 

Pour les cigares, produit emblématique, à moins de disposer de tuyaux solides, il vaut mieux les acheter dans les magasins d'Etat. Certes, ils y sont plus chers mais néanmoins meilleur marché qu'en France. 

Dans la rue, de nombreux marchands en proposent. Ils sont de qualité inégale mais très bon marché. A vous de voir... 

A noter que le CUC, monnaie nationale et quasiment à parité avec l’euro, n’est pas convertible en dehors du pays. Et en dehors des établissements officiels et touristiques, le règlement par carte de crédit est quasiment inexistant ! 

A bon entendeur...

Jean Da Luz,  Tourmag.com